Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 14:40

Ludovic BAAL 068

 

Si le RC Lens n’est plus préoccupé par le moindre objectif alors qu’il reste 6 matches de championnat à disputer, le milieu lensois ne veut pas lâcher. Il veut gommer les erreurs du passé et se projeter vers l’exercice 2012-2013.

Ludovic Baal, après l’élimination en quarts de finale de la Coupe de France contre Bordeaux mercredi, n’y a-t-il pas un risque de relâchement ce samedi contre Nîmes ?
Non, car nous sommes toujours motivés quelque soit le match. En tant que compétiteurs et footballeurs professionnels, nous nous devons de jouer à fond. Bien entendu, il n’ya aura pas la même ferveur que cette semaine mais il faudra quand même se lâcher. Peut-être y aura-t-il une certaine fatigue aussi mais nous formons un groupe et la possibilité du turnover existe avec beaucoup de jeunes mais aussi des retours. Physiquement, les premières minutes risquent de se révélées les plus compliquées mais je ne pense pas qu’une fois lancés nous accuserons le coup après l’heure de jeu. Après, on ne peut pas dire qu’il n’existe plus d’enjeux pour nous en cette fin de saison. Nous souhaitons aller chercher le plus haut classement possible et espérons une 5e ou 6e place. Car notre 10e position ne reflète pas nos prestations.

Vous devez en tout cas avoir conservé des souvenirs plein la tête de ce RC Lens-Bordeaux ?
Pour moi, ce match restera dans ma mémoire. Que ce soit avec notre prestation sur le terrain mais aussi le soutien du public en tribunes. Le public nous a donné un immense plaisir. Cela nous a aidés à produire un beau jeu cohérent. Malheureusement, nous perdons sur des détails alors que nous aurions pu nous qualifier. Mais contrairement à Bordeaux, nous ne sommes pas parvenus à mettre nos occasions au fond. C’est la différence qui existe entre notre équipe et un pensionnaire de Ligue 1. Globalement, cela résume aussi notre saison en championnat et nous oblige à nourrir quelques regrets. Mais si nous gommons tout cela l’an prochain, peut-être pourra-t-on espérer aller voir à l’étage supérieur, en Ligue 1.

Autrement dit, vous vous voyez encore au RC Lens à l’avenir ?
Oui, j’ai envie d’être Lensois l’an prochain. Pourquoi ? Par rapport à ce club, ce qu’il représente, son environnement… et aussi, car il me reste 2 ans de contrat. Quand on voit ce stade Bollaert avec 40 000 personnes comme nous l’avons apprécié mercredi, on en redemande. D’ailleurs, quand j’en discute avec des joueurs d’autres clubs, beaucoup aimeraient porter ce maillot Sang et Or. Pour le reste, j’évite de trop me projeter sur l’avenir. Bien sûr, on aimerait tous continuer avec le même groupe et ces jeunes de qualité qui vont murir. Après, il y a le dossier des investisseurs. Mais j’évite d’en parler et me concentre sur le terrain.

Partager cet article
Repost0

commentaires