Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 22:39

Antoine KOMBOUARE 068

 

En s’imposant 2-0 contre Châteauroux ce samedi après-midi à Bollaert (15e journée de Ligue 2), le RC Lens a fait coup double. Non seulement les Sang et Or ont repris la 2e place du classement mais, en plus, ils disposent de 5 unités d’avance sur Troyes, le 4e (24 points). Pour autant, Antoine Kombouaré ne veut pas s’arrêter en si bon chemin :

« Pour ceux qui me connaissent, 5 points ce n’est jamais assez important. On en veut toujours plus. Désormais, nous devons être capables de nous appuyer sur ce matelas pour le fructifier encore davantage. Il ne faut pas nous reposer sur nos lauriers parce qu’il y a un petit écart au classement. Au contraire, cela doit nous permettre de nous libérer dans le travail, d’être encore plus rigoureux et sérieux. On ne doit pas se relâcher. »

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 22:36

Antoine KOMBOUARE 058

 

Ce samedi, après la victoire du RC Lens contre Châteauroux à Bollaert (2-0, 15e journée de Ligue 2), Hafiz Mammadov est descendu féliciter l’équipe Sang et Or jusque dans son vestiaire. L’entraîneur Antoine Kombouaré raconte ces quelques instants avec le propriétaire azerbaïdjanais du Racing :

« Dans le vestiaire avec Hafiz, il y a juste eu des scènes de joie. Mais cela aurait été pareil sans lui. Pour le coup, les joueurs sont capables après les matches de faire partager ce qu’ils ont vécu sur le terrain. Cette fois, cela s’est passé avec Hafiz Mammadov en plus ! On voulait qu’il s’exprime. Il a dit un petit mot aux joueurs et a souligné qu’il était un fervent supporter du club tout en se montrant admiratif du match fourni par l’équipe. Moi, j’ai peu échangé avec lui mais il a fait des photos avec les joueurs. On voit qu’il aime son club. C’est un président-supporter sur les premières impressions qu’il donne. »

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 20:30

Antoine KOMBOUARE 054

 

Antoine Kombouaré n'a rien à redire sur la prestation de son équipe face à Creil. L'entraîneur lensois a beaucoup apprécié l'état d'esprit de ses joueurs face à cette vaillante équipe de Division d'Honneur.

 

Tamadjan Diakité (entraîneur de Creil) :
« Le score est lourd mais complètement logique. On a rencontré un Lens sérieux et appliqué. Nous avons constaté la différence entre amateurs et pros. Le résultat est logique, car ils ont en plus eu énormément de situations pour eux. C’est comme ça, la marche était haute et on le savait. Je ne regrette pas notre ouverture du score refusé, car il y avait hors-jeu d’au moins 2 mètres d’après l’arbitre. Dans ce match, on a vu que ça courait beaucoup. La grosse différence, c’est la vitesse d’exécution, la qualité technique, la rigueur… Félicitation à Lens. Certains joueurs étaient déçus par le score. Beaucoup ont dit à la fin que ça allait vite. Ils sont déçus mais ils ne se rendaient pas compte de l’écart. A la télé, on a l’impression que ça ne va pas vite mais, au réel, c’est énorme. L’adversaire nous a privés de ballon. Il aurait fallu durer plus longtemps sans prendre de but. Après l’ouverture du score, ce n’était plus le même match. Et en 2e mi-temps, on avait tellement dépensé d’énergie... Mais ça reste une belle fête où tout le monde s’est mobilisé. Pour nous, le pari est réussi, car nous avons su fédérer autour de l’équipe. »

Antoine Kombouaré (entraîneur du RC Lens) :
« Je connais un peu la coupe et donc les équipes amateurs. Il faut les respecter ! De ce côté, nous avons su livrer un match sérieux avec engagement. Si nous étions venus en touristes, c’était le meilleur moyen de repartir avec une désillusion. Mais, là, j’ai aimé l’entame de rencontre et le fait de marquer 5 buts. C’est de la sorte que nous montrons que nous sommes des joueurs humbles, appliqués et respectueux de l’adversaire. Quand on gagne 5-0 face à un adversaire qui avait des intensions et envie de réaliser l'exploit, le travail est bien fait. Il ne faut pas oublier que beaucoup d’équipes de Ligue 2 sont tombées ce week-end. Si vous laissez jouer une telle équipe et lui laissez prendre son temps, ça devient dangereux. Mais si vous imposez un rythme soutenu, de l’intensité et de la qualité, la défense adverse craque. Les victoires appellent des victoires, c’était la meilleure manière de préparer nos prochaines rencontres de championnat. »

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 10:36

Antoine KAMBOURE 001

 

Privé de plusieurs titulaires ce lundi à Niort (2-2, 14e journée de Ligue 2), Antoine Kombouaré a donné sa chance à plusieurs éléments habitués du banc de touche. Avec une prestation morose des Sang et Or pendant 80 minutes, le technicienlensois a indiqué après match sur Eurosport que « certains avaient des questions à se poser » tout en félicitant les entrants Benjamin Bourigeaud, auteur d’une passe décisive, et Benjamin Boulenger, auteur de la réduction du score à 2-1. Autrement dit, plusieurs joueurs alignés titulaires face aux Chamois n’ont pas convaincu et risquent de retrouver le banc rapidement et pour longtemps. Pierre Ducasse ou encore Dème N’Diaye ont certainement senti leurs oreilles chauffer.

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 10:18

Antoine KOMBOUARE 051

 

Lens a beau avoir obtenu un nul 2-2 ce lundi à Niort, Antoine Kombouaré n'est pas dupe. L'entraîneur lensois attend autre chose de ses troupes au niveau de la qualité de jeu.

Non. Il n’y a pas de miracles dans le football. Simplement, à 2-0, il y a eu de la révolte. Les joueurs ont eu les chocottes, très peur. Alors, ils ont retrouvé des valeurs et des ingrédients qu’ils n’avaient pas mis dans le match pendant 80 minutes. A savoir : de l’engagement, des duels gagnés, du jeu vers l’avant et, techniquement, on a réussi quelques gestes. Il faut croire que ce but du 2-0 nous a permis de nous révolter et de toucher notre fierté.

Quel sentiment ressortez-vous de la prestation globale de votre équipe ?
C’est mitigé. Forcément, revenir en étant mené 2-0 à la 80’, c’est quand même énorme de la part des joueurs. Je tiens donc à la féliciter de leur courage, de leur fierté, de leur amour propre mais aussi de leur qualité car il en faut pour marquer des buts. Et puis ensuite, j’affiche une grosse déception sur 80 minutes où on a été indigne d’une équipe qui joue la montée, indigne d’une équipe capable de jouer. Ce qui m’a le plus déçu : de ne pas avoir répondu dans l’engagement car je demande toujours à mes joueurs de répondre présent dans les duels. Reste qu’on apprend de ces matches.

Sur le plan comptable, vous continuez sur votre rythme d’un nul à l’extérieur pour une victoire à domicile…
Oui, mais on en veut toujours plus. Ce soir, les Niortais doivent être déçus car ils sont passés à côté d’une victoire. Concernant notre tableau de marche, nous souhaitons continuer à grappiller des points. Sur le banc, j’avoue, on s’est fait très peur. Mais, les joueurs par leur réaction ont refusé la défaite. Et à l’arrivée, ça fait un beau point de pris. Aussi, je salue Niort car si on a eu du mal, c’est parce qu’en face, ces joueurs avaient faim. Après, dès la 2’, nous leur avons aussi fait un cadeau… A ce titre, je suis déçu de notre entame. Mais si tous les week-ends on revient au score, c’est qu’on a des tripes.

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 14:20

Antoine KOMBOUARE 054

 

Antoine Kombouaré est clair. Le technicien, en arrivant à Lens cet été, débarquait dans un championnat qu’il ne suivait plus depuis un moment. Il semble agréablement surpris par le niveau :

« Je découvre la L2 et plein de joueurs que je ne connaissais pas. Nous travaillons pour mieux connaitre ce championnat mais j’ai déjà remarqué beaucoup de qualité, des équipes qui jouent, beaucoup de buts. La plupart des formations ne ferment pas le jeu et j’imagine que ce doit être plaisant à regarder pour les spectateurs. Qui plus est avec ce suspense dû aux nombreux buts en fin de match. Est-ce moins tactique que la L1 ? Disons que c’est tactique au niveau des intentions. Après, en ce qui me concerne, j’ai le sentiment qu’il y a moins de pression cela joue sur les résultats et le spectacle. Peut-être aussi parce que les médias sont moins présents en L2. »

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 09:46

Antoine KOMBOUARE 031

 

L’entraîneur du RC Lens compare le statut du Racing en L2 à celui du club de la capitale au sein de l’élite. Du moins dans la motivation des adversaires lorsqu’ils reçoivent le favori du championnat.

 

Antoine Kombouaré, estimez-vous qu’à l’extérieur, le RC Lens soit toujours confronté à des formations surmotivées ?
En recevant le RC Lens, nos adversaires disputent presque des matches de Coupe de France. Les joueurs se mobilisent pendant la préparation de la rencontre, les supporters débarquent en masse… Il s’agit souvent de l'affiche de l’année avec une équipe survoltée. Je mets régulièrement en garde mes joueurs quant à ce type de rendez-vous car il faut savoir s’y préparer. On constate ainsi souvent que les joueurs d’en face ne correspondent plus à ce que l’on a pu voir lors des séances vidéos. Ils se transforment et mettent alors plus de rythme. Mais c’est le lot des équipes favorites, à l’image du Paris SG en Ligue 1. Nous vivons un peu la même chose. Il faut que mon équipe soit prête à faire face à ces circonstances avec un travail à faire sur soi. Sinon, cela se passe comme au Havre (6-2, 6e journée de Ligue 2)…

Cela peut-on expliquer que vous ne comptiez qu’un seul succès en championnat à l’extérieur ?
Chaque match a une histoire différente. Mais nos stats actuelles avec des victoires et un seul nul à domicile me vont. Ensuite, il faut continuer d’aller grappiller à l’extérieur. A Bollaert, le public est pour beaucoup dans nos résultats. Ceci dit, à l’extérieur, on fait des bons matches et on ramène des points. Il faut simplement qu’à un moment donné ça se concrétise en victoire. Pour cela, nous devons garder notre solidité et trouver l’efficacité. De ce côté, cela viendra en se lâchant plus, en soutenant plus les attaquants, en allant au bout de nos actions… Soyons plus tueurs dans l’esprit.

Le fait, avant cette levée, de compter 3 points d’avance sur le premier poursuivant, et donc un droit à l’erreur, facilite-t-il la préparation de la rencontre ?
Il n’y a pas de vérité. Parfois, il est préférable de se trouver sous pression. D’autres de rester à l’affût en chasseur. Alors, avec mon expérience, je me dis simplement qu’il faut prendre les matches avec l’idée de tout mettre en oeuvre pour les gagner en faisant abstraction de l’adversaire, des concurrents au classement… et de ne surtout pas tirer de plan sur la comète. Là, on sait simplement que l’on se déplace chez des Chamois invaincus chez eux avec 16 points sur 16 possibles et aucune défaite à domicile. Après, cette équipe de Niort joue en 4-5-1 avec un bloc athlétique à vocation défensive se reposant sur un milieu solide, des ailiers rapides et un grand attaquant puissant.

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 20:40

Antoine KOMBOUARE 041

 

Yoann Touzghar, Danijel Ljuboja et Ala-Eddine Yahia forfaits, Pierrick Valdivia et Edgar Salli suspendus, Antoine Kombouaré va devoir puiser sur son banc de touche pour aligner son onze de départ à Niort lundi soir (14e journée de Ligue 2, 20h30, diffusé en intégralité sur Eurosport). Pour autant, l’entraîneur du RC Lens, Antoine Kombouaré, prend les choses avec philosophie :

« On ne se plaint pas et nous sommes prêts à aller faire un grand match contre un adversaire difficile. Dans ces conditions, j’ai un principe : permettre à ceux qui ne jouent pas de montrer le bout de leur nez et leurs qualités. Ils rongent leur frein et se trouvent souvent frustrés de ne pas jouer. Certains auront là l’occasion de prouver. Il y a des opportunités qui se présentent. A eux de les saisir sans se trouver d’excuses. »

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2013 6 02 /11 /novembre /2013 17:53

Antoine KOMBOUARE 048

 

Après la victoire 2-1 du RC Lens sur Caen à Bollaert ce samedi, les 2 entraîneurs tenaient des discours diamétralement opposés. L’un amplement satisfait, l’autre presque au fond du trou.

 

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 19:02

Antoine KOMBOUARE 047

 

Alors que son secteur offensif peine depuis quelques semaines, l’entraîneur lensois veut voir ses attaquants se libérer. De ce côté, il tente de les mettre en confiance au maximum.

 

Antoine Kombouaré, après un nul à l’extérieur, il faut confirmer avec une victoire à domicile !
On aimerait gagner tous les matches à la maison. C’est l’objectif du début de saison. Mais il y a déjà eu un couac avec un résultat nul contre Créteil (1-1, 7e journée de Ligue 2). Samedi, nous aimerions valider le point pris lundi à Clermont (0-0, 12e journée de Ligue 2) en l’emportant. Cela validerait notre bonne prestation. Mais je le redis : en Auvergne, j’attendais plus dans le domaine offensif sur les prises de risques et d’initiatives où nous nous sommes montrés trop timides même si nous sommes tombés sur un adversaire difficile à manœuvrer. Cette fois, contre Caen, nous disputerons un nouveau match important, qui plus est face à un adversaire direct.

Qu’attendez-vous alors précisément de vos attaquants ?
Il faut continuer à être solide. C’est un premier point. Et de ce côté, si l’on ne prend pas de buts, c’est aussi grâce à leur travail. Mais nous devons être capables de créer plus de danger, d’oser plus. Pour y remédier, nous avons organisé des séances d’entraînement sur ce thème tout en faisant prendre conscience à chacun que nous devons prendre plus d’initiatives dans la surface adverse. Il ne faut pas avoir peur de frapper même si l’on ne se situe pas dans la meilleure position. Personnellement, j’aime voir mes attaquants se lâcher sur le terrain.

Pensez-vous que le public de Bollaert puisse vous aider à ce niveau ?
Depuis le début de saison, les supporters sont là. Nous gagnons les matches à 12 ! Chacun a pu s’en apercevoir face à Nîmes où le public nous a poussés sur la fin à aller arracher la victoire (1-0, 11e journée de Ligue 2). Mais ensuite, c’est aux joueurs de sentir les choses. Ils doivent savoir qu’il n’y aura jamais de reproche sur les prises de risques. Qu’importe les échecs, il ne faut jamais renoncer que ce soit individuellement ou collectivement.

Partager cet article
Repost0