Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 22:37

Antoine-KOMBOUARE-035.jpg

 

S’il ne s’agissait que d’une rencontre de préparation, Antoine Kombouaré regrettait fortement la défaite 1-0 du RC Lens face à l’OM ce mercredi soir à Bollaert. L’entraîneur lensois aurait notamment aimé voir son équipe se montrer plus solide. Retrouvez ci-dessous les réactions des 2 coaches à l’issue de la partie.

Antoine Kombouaré (entraîneur du RC Lens) :
« Mon premier sentiment est une grosse déception. J’ai les boules quand je perds un match. Ca m’embête beaucoup. Je le vit mal. La défaite m’horripile. Il m’est donc difficile de parler en positif. On a souvent été mis en difficulté. Rudy Riou a sorti un très bon match. Sur le terrain, il y a eu une revue d’effectif importante pour observer. Il est trop tôt en 6 jours de présence pour tirer des conclusions. Les joueurs doivent comprendre ce que l’on met en place. Ce n’est pas toujours facile car il y a un groupe que je découvre. J’espère en tout cas pouvoir bosser pour obtenir une équipe solide qui soit moins en difficulté et qui n’encaisse pas. Ensuite, j’aime voir mon équipe aller de l’avant et marquer. Sur ce dernier point, nous avons échoué. En face, les 2 gardiens ont réalisé de grands matches mais nous ne sommes pas assez efficaces. En face, il y avait tout de même du lourd. De notre côté, quelques joueurs ont tiré leur épingle du jeu mais il faut qu’ils sachent durer. On ne juge pas sur un match. »

Elie Baup (entraîneur de l’OM) :
« Notre adversaire se trouvait dans des conditions de compétition. On a eu une possession haute en première mi-temps avec recherche de construction. En sont découlées des occasions mais malheureusement pas de buts. Dimitri Payet s’est montré très mobile et a essayé de se rendre disponible. On ne le découvre pas. Mais je retiens avant tout des points positifs sur le plan collectif. Il ne faut pas oublier le poteau de Jordan Ayew, les arrêts de Rudy Riou. Ensuite, l’efficacité se travaille. Elle va venir. Mais il est clair qu’il faudra un brin de réussite en plus prochainement. Il ne faut pas viser que le résultat. On essaie de ressortir des bons ballons pour déséquilibrer les défenses. Peut-être se trouve-t-on à mal sur les contres ou coups de pied arrêtés mais cela va se corriger. Face à un tel adversaire qui a une semaine de plus de préparation, il était compliqué de présenter 2 équipes compétitives. Mais progressivement, nous allons diminuer la largeur du groupe. »

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 22:10

Antoine KOMBOUARE 030

 

Nouvel entraîneur du RC Lens, Antoine Kombouaré a dirigé les Sang et Or pour la première fois ce samedi lors du match amical face au Royal White Star Bruxelles (1-0). Si la victoire fut au rendez-vous, le technicien lensois reste sur sa faim et espère voir son équipe monter en puissance au fil des jours :

« Nous n’avons pas encaissé de but. Il s’agit d’un point positif. Mais on attend encore mieux de cette équipe. Aussi, ça ne fait que 2 jours que je suis là. Il faut donc trouver les automatismes et accumuler du temps de jeu. J’attends beaucoup mieux dans le domaine offensif même si nous avons été capables de nous battre pour les valeurs qui sont les nôtres. Nous avons réussi à défendre correctement tout en sachant que l’on peut encore s’améliorer. Il nous reste encore beaucoup de travail à accomplir afin d’être prêt le 4 août contre le CA Bastia à Bollaert (20h45, diffusé en intégralité sur Eurosport). »

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2013 6 20 /07 /juillet /2013 15:15

 

 

Antoine Kombouaré, nouvel entraîneur de Lens, explique en exclusivité les raisons qui l'ont poussé à s'engager pour trois ans en faveur du club artésien ce jeudi matin.

 

http://video.lequipe.fr/video/2a9b615a06fs.html

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 22:04

Antoine-KOMBOUARE-025.jpg

 

Nouvel entraîneur du RC Lens, Antoine Kombouaré a été présenté à la presse ce jeudi matin. L’occasion pour le technicien d’expliquer pourquoi il a choisi de rejoindre le Racing et de faire part de ses ambitions.

« C’est un immense plaisir pour moi. Vous connaissez ma franchise : si je le dis, je le pense. Je ne vous cache pas que ma première envie était de partir en Angleterre. Voilà pourquoi cela a mis du temps. Mais rien ne se concrétisait là-bas, j’ai donc choisi Lens mais pas par défaut. C’est le choix du cœur. Lens fait rêver. Ca fait envie à travers le public. Il y a 4 clubs comme ça en France avec tant de ferveur : Lens, Marseille, Saint-Etienne et Paris. Le projet me plait. J’ai envie d’accompagner le Racing  le plus longtemps possible. Voir une équipe qui gagne dans un stade plein qui donne de la joie et de la vie, c’est énorme. Et puis, Lens, c’est un grand club. Je souhaite même qu’il redevienne un très grand club. La présence de Gervais Marte fut aussi déterminante dans ma prise de décision.

Pour le projet sportif, Valenciennes et Lens ne sont pas pareil. A l’époque, VA venait  de National avec tout à construire. Ici, il y a déjà beaucoup de choses. Mais la tâche n’est pas facile pour autant. Il y aura beaucoup de travail à accomplir. Au niveau des ingrédients, il faudra de l’humilité. Mais cela n’empêche pas l’ambition. Je veux voir les mecs venir bosser tous les jours et ne pas parler. Les meilleures interviews des joueurs se font avec les pieds sur le terrain. Je vais découvrir ce groupe. Mon staff travaille avec eux depuis 3 semaines. On va maintenant peaufiner l’équipe de manière à ce que le 4 août nous soyons prêts pour démarrer le championnat. D’autres éléments vont arriver. 2 sont déjà là comme Loïck Landre et Pablo Chavarria.

Sur le plan des objectifs, on ne va pas se mentir : il faut ramener le club en L1. Après, je ne sais pas le temps que cela va prendre. C’est à la fois une envie et un rêve. Mais là, le championnat débute dans 2 semaines. J’arrive seulement, il manque encore des joueurs… Cela ne facilite pas la tâche. Pour autant, je ne cherche pas d’excuses. On va bosser et essayer de rattraper le retard. En tout cas, je sais que Lens sera attendu partout. Il nous faudra donc une grande équipe. Ce qui m’intéresse est de disposer d’un onze qui gagne. Mais l’état d’esprit et l’image que l’on donne représentent aussi un point essentiel à mes yeux. 
»

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 21:55

Antoine KOMBOUARE 010

 

Leader de Ligue 1 au moment de son éviction du Paris SG en décembre 2011, Antoine Kombouaré a pris tout le monde à contre-pied en partant pour une destination exotique. Le voir débarquer au RC Lens surprend de nouveau le monde du ballon rond. Mais pour le nouvel entraîneur lensois, ce choix lui correspond tout à fait :

« Après Paris, je suis parti à l’étranger car je voulais découvrir autre chose. J’avais envie de me faire plaisir. Le retour dans l’hexagone se fait avec plein d’ambition. Lens est pour moi un moyen de retrouver le terrain mais en repartant d’où je viens. J’aime les défis, les challenges. C’est à l’image de ma vie et de ma carrière. Imaginez, je suis parti en tant que joueur à Sion en Suisse ou Aberdeen en Ecosse. J’aime aller là où personne ne m’attend. Beaucoup me voyaient après le PSG dans des grands clubs et, finalement, ce fut l’Arabie Saoudite. Dans le choix que j’ai fait en venant à Lens, le fait d’être passé dans le Nord, à Valenciennes, par le passé m’a donné envie de revenir. Je connais les gens de cette région. J’apprécie la mentalité et leur travail. »

Partager cet article
Repost0
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 20:46

Eric SIKORA 023

 

Bien qu’il quitte l’équipe première pour retrouver le banc de la CFA, l’emblématique latéral droit n’est pas blessé. Pour son club de toujours, il repart dans une nouvelle aventure. Déçu mais pas amer comme il le dit lui-même.

Lensois.com : Eric Sikora, comment avez-vous vécu ces derniers jours ?
Il y avait beaucoup d’incertitude. J’ai rencontré tout à tour Gervais Martel et Jocelyn Blanchard. Plusieurs éventualités existaient. J’ai écarté celle de devenir adjoint car après une telle expérience sur un banc de Ligue 2, il me paraissait difficile d’occuper cette fonction, d’autant que j’ai besoin et envie de travailler seul. Il y avait aussi la possibilité de voir arriver à mes côtés un adjoint confirmé comme cela avait été le cas avec Dominique Cuperly à côté de Jean-Guy Wallemme. Au final, c’est un entraîneur confirmé qui arrive. Le dénouement est intervenu mardi. Ce fut pesant et long mais, désormais, tout le monde est fixé. Chacun sait à quoi s’en tenir. Personnellement, il y a obligatoirement un peu de déception mais aucune rancune envers qui que ce soit.

Au final, peut-être est-ce juste un retour à la normale tant les choses ont été vite pour vous des jeunes à l’équipe première ?
Cela ne va jamais trop vite. Quand Antoine Sibierski m’a proposé le poste, je ne me voyais pas refuser. Après 30 ans au club, cela aurait pu être assimilé à de la lâcheté. Le bilan ? Même si je ne disposais pas d’expérience à ce niveau, avec le staff, nous avons fait ce qu’il fallait même si ce fut compliqué sur la fin. On visait le maintien et nous y sommes parvenus. Au passage, je salue Antoine Sibierski d’avoir pensé à nous. Il a pris un gros risque et nous a toujours laissé bosser dans la sérénité même lors des moments difficiles. Je passe également un grand salut à mon encadrement et à Marc Westerloppe qui ont toujours répondu présent.

Que pensez-vous de l’arrivée d’Antoine Kombouaré ?
Même si je ressens cette déception de ne pas continuer, ce n’est pas un mec sans expérience qui arrive sur le banc. Il a fait ses preuves à Valenciennes et au Paris SG. En tout cas, je lui souhaite bonne chance et vais tout faire pour l’aider. Il sait qu’il peut compter sur moi. Nous avons d’ailleurs déjà échangé par téléphone. A l’inverse, je n’ignore pas qu’il peut également m’aider pour l’obtention de mon DEPF.

« Je n’ai aucun problème avec Gervais »

Et puis, peut-être que vous redeviendrez coach du Racing dans les années à venir…
Si je passe mon diplôme, c’est que j’ai envie de revenir dans ce rôle-là ! Il n’y aura alors plus besoin de chercher un prête-nom pour m’épauler.

Que retenez-vous de vos 8 mois dans cette position ?
Une bonne expérience. Ce fut dur mais enrichissant. Là, contrairement à la formation, les résultats se révèlent prépondérants. Je me suis forgé un nouveau mental car il y a tout à gérer : joueurs, presse, comportements… Mais quel super job ! Et puis je relativise, je ne me suis pas fait virer par manque de résultats.

En tout cas, en restant au Racing en dépit de cette perte de statut, vous continuez d’être l’homme d’un seul club…
(sourire) Sincèrement, ce n’est pas parce que je perds ce poste que je vais tout remettre en cause. Je suis arrivé en ’80. Les gens me connaissent. Et je ne vais pas changer d’opinion. Je suis là pour apprendre et, sur le sujet, je n’ai aucun problème avec Gervais.

« L’apothéose contre Bordeaux »

On vous sent même plus détendu qu’en fin de saison dernière ?
Il n’y avait pas de pression ou d’énervement mais il faut comprendre que je ne disposais d’aucun choix pour composer mon groupe de 16. En plus, je me devais de limiter les changements pour aider la CFA à obtenir son maintien. Alors, la veille du dernier match au Mans (2-1, 32e journée de Ligue 2), quand vous dirigez une séance avec 18 joueurs dont Issam Jemaâ et Dème N’Diaye qui se blesse, c’est frustrant. Mais en dépit des difficultés, il y a toujours eu cette passion et cette envie de venir le matin car j’avais devant moi un bon groupe sans tricheur.

Quel bilan tirez-vous ?
Il y a eu 2 parties de saison différentes. D’abord une première positive puis une seconde avec peut-être un relâchement en fin d’exercice. Avec un effectif au complet, je pense que nous aurions pu prétendre à une 7e ou 8e place. Mais le hic reste ce classement final : 12e… Je regrette cette 2e partie de saison en championnat avec peu de victoires sur les matches retour. Et que dire de cette défaite 7-0 à Guingamp qui me reste en travers de la gorge. Cela n’arrive qu’une fois tous les 50 ans et c’est tomber sur nous.

Mais il y a aussi eu ce moment magique en quart de finale de Coupe de France contre Bordeaux (2-3)…
Oui mais pas que ! Tout le monde a d’abord pu voir un état d’esprit revenir avec une équipe montrant des qualités de battants pendant 95 minutes. Voilà qui colle à la mentalité du club. Et puis ensuite, effectivement, l’apothéose contre Bordeaux où nous avons prouvé que l’on pouvait remplir Bollaert. Le public n’attendait que cette étincelle et nous avons failli créer l’exploit. Il nous en reste de belles images. Exceptionnel !

Partager cet article
Repost0
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 18:27

 Antoine KAMBOURE 006

 

La saga concernant le futur coach du RC Lens prend fin. Antoine Kombouaré va s’installer sur le banc artésien pour une durée qui n'a pas encore été communiquée. Ami de longue date de Gervais Martel, le technicien calédonien, dont l'arrivée sera officialisée une fois la vente du club actée, aura la lourde tâche de faire remonter le RC Lens le plus rapidement possible parmi l’élite.

Son nom se faisait régulièrement entendre depuis plusieurs semaines du côté du RC Lens mais cette fois, c’est du concret : Antoine Kombouaré, 49 ans, devient officiellement l’entraineur du RC Lens. Il prend la suite d’un Eric Sikora pêché sur le banc de la CFA en septembre dernier pour reprendre l’équipe première après l’éviction de Jean-Louis Garcia. Le tout pour un bilan comptable pas nettement meilleur mais pour un allant et un enthousiasme momentanément retrouvés, du moins jusqu’à une cascade de blessures et pépins divers, avec en point d’orgue un quart de finale de Coupe de France.

Ancien défenseur du FC Nantes et du PSG, Antoine Kombouaré, auteur d’une carrière de joueur garnie d’un titre de champion de France en 1994, de 2 Coupes de France en 1993 et 1995 et d’une Coupe de la Ligue en 1995, embrasse rapidement une carrière d’entraîneur qu’il débute aux commandes de l’équipe réserve du PSG en 1999. Après cette première expérience de coach, il rejoint le RC Strasbourg en 2003. Il y reste une année et demie avant de signer à Valenciennes, fraichement promu en Ligue 2, en juillet 2005 en remplacement d’un certain Daniel Leclercq. Grâce à un titre de champion de L2, son expérience dans le Hainaut  le révèle au grand public. Après 4 ans dans le Nord, il retrouve le PSG, cette fois pour encadrer l’équipe première (mai 2009). Dans la capitale, il remportera la Coupe de France 2010 et permettra au club parisien de redorer son blason. Mais, à l’hiver 2011, alors que sa formation se classe première de la L1, la direction du PSG, désireuse de bling-bling avec l’arrivée des Qataris 6 mois plus tôt,  le remplace par Carlo Ancelotti. Il rejoint alors le club saoudien d’Al-Hilal en juin 2012 et sera limogé en janvier dernier alors que sa formation arrive 2e.

Un technicien  charismatique

La réputation d’Antoine Kombouaré face aux médias ou sur le banc de touche n’est plus à faire. L’homme est un aboyeur et lorsque quelque chose le dérange, il ne tarde pas à le faire entendre. Ainsi, en 2009, il fut épinglé à plusieurs reprises par les instances du football, mais aussi par le Conseil National de l’éthique, pour des propos jugés limites à l’encontre de Christian Gourcuff, l’entraineur de Lorient. Si l’homme est connu pour ses envolées verbales, il est aussi décrit par de nombreux observateur comme un meneur d’hommes d’une grande qualité aux méthodes rigoureuses mais efficaces. Personnage de caractère, Antoine Kombouaré n’en demeure pas moins attachant, bon nombre de ses anciens joueurs le considèrent comme un être entier avec qu’il est agréable de travailler.

Si, la saison passée, Eric Sikora a choisi (sous la contrainte d’une profondeur de banc restreinte) d’évoluer dans un 4-3-3 avec un seul attaquant de métier, ce ne devrait pas être le cas d’Antoine Kombouaré. Le Calédonien penche pour un jeu tourné vers l’offensive mais demeure persuadé que son système doit se baser une rigueur défensive importante. Reste à savoir si l’ancien coach parisien disposera de moyens suffisant pour permettre au Racing Club de Lens d’évoluer avec 2 attaquants de métier, chose qui n’est, pour l’instant, pas acquise.

Partager cet article
Repost0
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 18:21

Antoine-KAMBOURE-007.jpg

 

Information L'Equipe. Antoine Kombouaré sera l’entraîneur du RC Lens pour les trois prochaines saisons. Le technicien de 49 ans qui a dirigé le Paris-SG (2008-11) a trouvé un accord verbal avec Gervais Martel dans la nuit de lundi à mardi. Il ne signera son contrat que lorsque l’ancien président et l’homme d’affaire azéri Hafiz Mammadov, actuellement en négociations exclusives avec le Crédit Agricole Nord de France pour le rachat total du club artésien - processus confidentiel -, en seront techniquement propriétaires, soit autour du 5 juillet prochain, c’est-à-dire une fois toutes les actions transférées et tous les papiers signés. Son adjoint sera Yves Bertucci avec qui il a déjà collaboré au PSG, tandis que son préparateur physique sera Michel Dufour avec qui il a travaillé à Strasbourg (2003-2004).

En raison de ces incontournables considérations techniques, c’est son adjoint et son préparateur physique qui dirigeront l’entraînement à partir de jeudi matin à la Gaillette à Avion, puis lors du stage à Albertville (Savoie) où les joueurs se rendent dès la fin de semaine et où ils disputeront leur première rencontre amicale le 6 juillet (18h30) face à Nîmes (L2). Ce mardi midi, Eric Sikora, qui avait maintenu le club en L2 cette saison, a été informé qu’il reprenait l’équipe réserve et la post-formation. Il va également passer son diplôme d’entraîneur Professionnel de Football (DEPF). Gervais Martel l’a chaleureusement remercié, ainsi que son staff, pour le travail accompli.

Partager cet article
Repost0
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 16:44

Eric SIKORA 065Frédéric ANTONETTI 001

 

Eric Sikora sera-t-il toujours l’entraîneur du RC Lens la saison prochaine ? Selon But !, la réponse est non. L’ancien latéral droit ne serait en effet pas reconduit à son poste en 2013-2014. Il paierait l’absence de diplôme. Pour le remplacer, le journal avance le nom de Frédéric Antonetti, non conservé par Rennes cet été.

Partager cet article
Repost0
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 18:58

Laurent BLANC 005

 

Eric Sikora restera-t-il l’entraîneur du RC Lens la saison prochaine ? En passe de reprendre le contrôle du Racing, accompagné par Hafiz Mammadov, directeur du Baghlan Group, Gervais Martel pourrait bouleverser l’organigramme du club. Alors que le nom de Jocelyn Blanchard est évoqué pour remplacer Antoine Sibierski au poste de directeur sportif, une rumeur étonnante est avancée afin de prendre en main l’équipe artésienne. En effet, Gervais Martel serait entré en contact avec l’entourage de Laurent Blanc, l’ancien sélectionneur de l’équipe de France, afin qu'il prenne place sur le banc de touche.

Partager cet article
Repost0